|

Une version arrivée à maturité ? Le système « ligne source » MAUI 11 G2 de LD Systems

La version courte de l’introduction de ce test est la suivante : avec le MAUI 11 G2, LD Systems lance la deuxième génération du MAUI 11 sur le marché âprement disputé des systèmes compacts de sonorisation en colonne. Passons maintenant à la version développée. Je ne suis pas amateur de vin, mais j’aime parfois recourir à la métaphore du vin mature. Pourquoi ? En matière de vin, il n’est pas rare d’entendre que les cuvées ne sont pas toutes propices à une longue période de maturation. En gros, on pourrait dire que le vin doit « avoir en lui » cette aptitude à maturer sans se dégrader. D’emblée, il doit présenter les meilleures dispositions. Si ce n’est pas le cas, on obtient un vin qui a certes vieilli, mais qui n’est pas mature. Comme on dit, le vin mature dispose de bonnes propriétés par essence, quel que soit le processus de maturation à venir. Grâce à un stockage et un traitement appropriés chez le producteur ou dans la cave à vin du client, de nouvelles propriétés se développent. Ainsi, le vin se bonifie et gagne en maturité. Pour bon nombre d’équipements parmi les classiques de la technique de sonorisation, il en va de même : un appareil se décline en plusieurs générations, et de petites modifications le font évoluer d’une génération à l’autre en élevant son niveau de maturité et de qualité, sans pour autant renoncer aux caractéristiques de la version initiale. On pense alors aux différentes révisions du compresseur 1176, du synthétiseur FM Yamaha DX7, du Shure SM57 et 58 ou… (du moteur Evolution de Harley Davidson, la rédaction). Pour revenir à notre sujet, et ainsi, au début de cette intro : avec le MAUI 11 G2, LD Systems lance la deuxième génération du MAUI 11 sur le marché âprement disputé des systèmes compacts de sonorisation en colonne. La maturité est-elle synonyme de qualité ? C’est ce que nous allons vérifier.

En 2013, lorsqu’après le MAUI 28 Adam Hall a présenté le MAUI 11, plus compact, pour sa propre marque LD Systems, ce système a rapidement conquis la clientèle, notamment en raison de sa compacité et de son prix très abordable en comparaison avec les produits du concurrent américain Bose (désolé, Donald, la rédaction). Des artistes en solo, le secteur événementiel et des DJ (pour la sonorisation d’ambiance de petits espaces) faisaient partie de cette clientèle. Ma femme et moi avons aussi très souvent utilisé le MAUI 11 pour sonoriser de nombreux mariages religieux. Peu de temps après, les développeurs de la marque LD Systems ont lancé le MAUI 11 Mix, équipé d’une console de mixage à trois canaux. L’habituelle entrée de ligne du MAUI 11 a été complétée par une entrée MP3/Hi-Z et une entrée microphone, toutes deux munies d’un potentiomètre de réglage du volume. Le MAUI 11 et le MAUI 11 Mix étaient équipés de 2 boomers 6,5″ pour les basses, de 8 haut-parleurs 3″ pour les médiums et d’un tweeter 1″. Cet équipement est d’ailleurs à l’origine du chiffre 11 de son nom, lequel correspond tout simplement à la somme de ses haut-parleurs. Le MAUI 11 (Mix) se démonte en deux parties : la colonne et le caisson de basse. Un système d’enfichage permet de le monter rapidement sans câble.

« La 2e »
La deuxième génération du MAUI 11 présente quelques modifications. La colonne se compose désormais de deux parties qui peuvent également être enfichées sans câblage. Le caisson de basse ne contient pas deux, mais trois haut-parleurs 6,5″.

Deux tweeters 1″ en néodyme sont mis en œuvre à la place d’un seul. La somme des haut-parleurs s’élève maintenant à 13 composants au lieu de 11, ce qui n’a toutefois rien changé à la désignation du produit : MAUI 11 G2. La partie amplificateur a également subi quelques modifications. Au lieu des 340 W RMS, la deuxième génération offre désormais une puissance de 500 W RMS ainsi répartie : 300 W pour les basses, 150 W pour les médiums et 50 W pour les aigus. Quant à la 1re génération, la puissance d’amplification se répartissait encore sur ces trois voies comme suit : 200/70/70 W. Après tout, il faut bien alimenter les haut-parleurs supplémentaires, et un peu plus de puissance pour les basses, ça ne fait jamais de mal.

Comme d’habitude, un DSP interne remplit sa fonction : il protège le MAUI 11 G2 contre la surcharge et assure une répartition optimale de la largeur de bande du son transmis entre les haut-parleurs. Ce résultat est obtenu grâce à un limiteur multibande (trois bandes). En outre, l’autonomie est modulée afin que l’ensemble des composants diffusent simultanément le son et que tout déphasage soit évité.

Les données principales : 24 bits et 48 kHz pour 100 dB de rapport signal/bruit.

Autre nouveauté : le MAUI 11 G2 dispose d’un mode stéréo. Qu’il s’agisse d’un MP3, d’un synthétiseur ou d’une source externe connectée à l’entrée RCA, ces sources de signaux peuvent tout à fait être raccordées via la stéréo. On peut alors brancher un deuxième MAUI 11 G2 à la sortie du système et activer la fonction stéréo. Les signaux transmis ne sont donc plus sommés en mono, mais répartis des deux côtés.

Qu’est-ce qui a encore changé ? Le MAUI 11 G2 offre la possibilité de décrocher la partie supérieure du caisson de basse pour la poser ou la monter sur un mur. Dans cette optique, LD Systems propose une gamme d’accessoires comprenant du matériel de fixation approprié et des pieds. Le système charge des préréglages adaptés dans le DSP en fonction du montage du système line array, afin de garantir une qualité de son optimale. L’affichage sur le dessus du caisson de basse donne des informations concernant le mode de fonctionnement (montage mural/sur pied ou montage sur le caisson de basse) actuel du DSP. Comme d’habitude, le niveau général et celui des basses peuvent être réglés indépendamment l’un de l’autre.

En dessous, à l’arrière du caisson, on trouve le panneau de raccordement : Mic (jack XLR combo), Line (2 combo, 1 RCA), Hi-Z (jack), MP3/Bluetooth (jack 3,5 mm), System Out (XLR). Les lecteurs attentifs auront compté six possibilités de raccordement pour quatre entrées pouvant être utilisées simultanément. En ce qui concerne l’entrée de ligne, les sources raccordées aux connecteurs RCA ou combo se partagent un seul potentiomètre et les niveaux doivent être ajustés selon les sources externes.

Il en va de même pour le branchement d’un lecteur MP3 sur l’entrée jack 3,5 mm ou pour la connexion Bluetooth avec un téléphone portable. Éventuellement, un petit groupe acoustique peut même s’en sortir sans console de mixage lors d’un concert en comité restreint. De plus, le Bluetooth est intégré en version 4.0, mais sans le codec audio AptX et sa qualité de son « améliorée ».

Qu’est-ce qu’il nous reste encore ? La disposition des haut-parleurs dans le caisson de basse est intéressante. Tandis que la première génération avait disposé ses deux boomers 6,5″ en forme de V (les membranes des haut-parleurs étaient inclinées l’une vers l’autre), ceux de la deuxième génération sont alignés à la verticale et encadrés par deux ouvertures bass-reflex, en haut à gauche et en bas à droite.

Les dimensions du caisson de basse restent toutefois compactes. Un filtre coupe-bas est solidement intégré au canal du microphone, afin d’éviter les bruits de scène. Selon LD Systems, l’angle de dispersion du système est de 120° x 20°. Ainsi, un seul MAUI permet déjà de sonoriser un grand espace, et au besoin, certaines parties de la scène également. Il est donc éventuellement possible de se passer complètement de retours classiques, ou du moins de réduire l’investissement.
LDMAUI11G2_14
Une fois branché
Tout d’abord, on remarque que les basses sont plus puissantes. Pour certains titres de sources externes, c’est presque un peu trop à mon goût, mais cela ne pose pas problème car le niveau du caisson de basse est réglable séparément. Les aigus offrent un son un peu plus agréable (plus plaisant, car il pondère) que ceux de la 1re génération. Cela se perçoit notamment lorsqu’on se trouve à proximité. En arpentant la pièce, on constate que le son est bien réparti dans l’espace. La clarté vocale en particulier s’avère très bonne. Grâce à la connexion Bluetooth, quelques secondes suffisent pour monter le système pour une petite configuration d’artiste en solo. On positionne le caisson de basse, on enfiche les modules supérieurs, on branche le micro, on appuie sur la touche Bluetooth, on connecte le téléphone portable, et c’est parti. Personnellement, j’aurais préféré que la touche Bluetooth soit intégrée sur le dessus du caisson de basse. Sur de petites scènes ou dans des bars, le MAUI 11 se trouve parfois dans un coin ou devant un mur, si bien qu’il est alors difficile de l’atteindre. D’un autre côté, cet emplacement sur le dessus permet d’éviter qu’une personne du public à proximité de l’installation ne se sente une vocation de DJ.

On raconte que la connexion Bluetooth a déjà été interrompue et qu’il a fallu la rétablir. Le cas échéant, on dispose de 90 secondes pour effectuer un nouvel appairage, avant que le module ne se désactive. À mon sens, l’absence d’alimentation fantôme pour un microphone à condensateur est source de restrictions. Pourquoi n’y a-t-on pas pensé ?

Les tests réalisés avec un Shure SM58 ainsi que mon Sennheiser E945 ne laissent que peu de marge pour émettre d’éventuelles critiques, si l’on garde à l’esprit le ratio prix/performance. Un synthétiseur Korg PAS00 ne fait pas non plus l’objet de discussions. Quand le public ou le musicien se trouve tout près du MAUI, la restitution des aigus semble optimisée. Son prédécesseur manifestait une certaine faiblesse au niveau des aigus quand on était à proximité. Par conséquent, il ne pouvait que partiellement servir aussi de retour pour les musiciens.

Conclusion
Un produit peut toujours être « amélioré », c’est ce que démontre la deuxième génération de la série MAUI 11 de LD Systems. Un peu plus de basse, un niveau de pression acoustique plus élevé, des aigus plus doux ainsi que des possibilités de raccordement modernes, voilà ce qui apporte une nette plus-value au MAUI 11 G2. Le fait que son prix – qui s’élève à 699 euros – n’ait pas connu de hausse substantielle est un bon point. Ce supplément modéré est tout à fait acceptable au regard de la valeur ajoutée. Il sera accueilli avec gratitude par les écoles, les centres pour les jeunes, les communautés religieuses, les DJ, les artistes en solo et les petits groupes (équipés d’un système stéréo). Dans tous les cas, c’est en toute légitimité qu’il concurrence les favoris habituels des marques Bose et HK Audio.

Articles Similaires

Articles Récents

Rédiger un commentaire

Les commentaires sont bloqués.