|

Cameo Auro Bar 100 – Rapport de test de bonedo.de

Barre à LED performante et adaptée aux tournées professionnelles, l’Auro Bar 100 de Cameo se positionne en tête des effets lumineux. L’appareil renferme diverses caractéristiques et fonctionnalités conviviales qui ont été incontestablement mises en œuvre par des techniciens habitués au live et à la production : fort rendement lumineux, fréquence de rafraîchissement adaptée à la télévision, compatibilité ArtNET et refroidissement par convection ne sont qu’un échantillon des nombreux atouts de ce projecteur compact. Il est absolument fascinant de constater tout ce que l’on peut obtenir avec une seule de ces barres. Et lorsqu’on l’associe à d’autres collègues, ça tourne vraiment rond, au sens propre du terme.

Détails
D’abord la base : l’Auro Bar 100 de Cameo est équipée de sept LED Quad de 15 watts à contrôle individuel qui assurent un rendement lumineux énergique. Il est vrai que quantité n’est pas toujours synonyme de qualité. C’est pourtant bien le cas ici : la barre affiche une résolution de 16 bits et le spectre de couleurs couvre toute la plage RGBW ainsi que des tons pastel et trois nuances de blanc. Cela permet de créer des effets lumineux riches en contrastes et précis au point ou à la barre près grâce à un angle de dispersion de 4 degrés. Avec le paramétrage de menu correspondant, la barre fixée sur une traverse sert également de douche ou inonde de lumière les zones choisies.

La vocation principale de l’Auro Bar est toutefois de susciter la fascination par le mouvement. Pour ce faire, l’appareil offre un éclairement lumineux de 42 000 lx à 1 m avec des mouvements Pan et Tilt illimités. Pour garantir un parfait fonctionnement dans des configurations complexes et des univers DMX, la barre comprend un connecteur ArtNET, un système de refroidissement par convection et bien plus encore. Cameo n’y va pas non plus de main morte avec la fréquence de rafraîchissement : pas moins de 3 600 Hz, de quoi répondre aux exigences professionnelles de la vidéo et de la télévision.

Une structure non conventionnelle pour des scènes hors-normes
La combinaison d’un châssis maniable et d’une barre à LED légèrement surdimensionnée n’est pas sans rappeler un hélicoptère. Alors que l’intelligence à proprement parler de l’appareil est située dans le châssis, moteurs Pan et Tilt inclus, la barre lumineuse rotative est tenue par un bras aux dimensions généreuses. Sur la barre, les LED sont positionnées côte à côte de façon symétrique. Tous les composants du boîtier sont constitués de plastique ABS ou de métal. Des étriers en oméga sont fournis pour le montage sur pied ou sur traverse. Le boîtier de raccordement robuste est également équipé de pieds permettant d’installer l’appareil sur le sol ou sur la console du technicien lumière.

Un écran alimenté par sa propre batterie
L’avant du châssis comporte des boutons de commande tactiles ainsi qu’un écran LCD facile à lire. Ce dernier possède une batterie de secours, la barre peut ainsi être programmée même sans raccordement au réseau. Il suffit simplement d’appuyer sur le bouton correspondant pendant quatre secondes et l’appareil peut par exemple être configuré dans le flight-case avant d’être installé sur une poutre.

Raccordements : un dos bien pensé
Le panneau de raccordement au dos du châssis (mais où sont déjà l’avant et l’arrière ?) abrite des entrées et sorties DMX trois et cinq broches. On y trouve en outre des connecteurs Neutrik PowerCon avec sécurité pour l’alimentation électrique ainsi que des connecteurs RJ45 compatibles ArtNET. Le panneau de raccordement est légèrement en retrait comme c’est souvent le cas chez Cameo. Ce détail apporte plus de sécurité à l’appareil et minimise les risques d’avarie en raison d’un câble endommagé lors d’une utilisation en live.

RDM : composition et gestion en tout confort
Il me semble important de mentionner dès à présent les fonctions RDM de l’appareil. Après tout, cette fonctionnalité moderne permet de consulter l’état de l’appareil et d’en effectuer la configuration à l’aide d’un contrôleur RDM externe. Le contrôleur fait ainsi partie intégrante de la configuration pour un pilotage à distance confortable et moderne. Mais ne vous méprenez pas : aucun contrôleur n’est fourni avec l’Auro Bar 100.

Une diversité appréciable : pilotage et configuration
Alors, que peut-on faire avec l’Auro Bar 100 de Cameo ? Pour le savoir, jetons un coup d’œil au menu qui s’ouvre via le bouton tactile appelé Mode. Pour commencer, vous pouvez faire pivoter l’affichage de 180° en appuyant sur le bouton « + ». Une solution désormais courante pour faciliter la lecture de l’écran lorsque l’appareil est fixé sur une poutre.

En appuyant sur le bouton Mode, l’arborescence du menu s’ouvre. Elle comprend de haut en bas : les adresses DMX, les modes, les paramètres, les paramètres réseau et les informations système. Poursuivons avec les sous-menus. Quatre modes DMX sont disponibles pour le raccordement DMX. L’Auro Bar 100 peut être pilotée via 9, 19, 29 ou 39 canaux DMX. En mode autonome, les huit programmes d’exécution automatique intégrés en usine offrent des scénarios attrayants. Il est également possible d’en programmer soi-même.

Par ailleurs, sur le site Internet de Cameo, divers profils d’appareil sont disponibles au téléchargement pour différents programmes d’éclairage.

Dissimulation d’un perturbateur : un détail utile
Ce n’est pas sensationnel, mais tout de même pratique pour les représentations sur scène et bon à savoir : l’écran peut être éteint ! Malheureusement, on oublie parfois qu’un écran éclairé peut être aperçu par le public. C’est bien connu, les meilleures solutions sont souvent les plus simples. Ainsi, l’écran peut être désactivé pour le spectacle. De toute façon, dès lors que l’Auro Bar est raccordée à un logiciel de pilotage à distance, l’écran n’est plus nécessaire.

La configuration : complexe et simple à la fois
Les paramètres réseau sont particulièrement intéressants. Comme je l’ai déjà mentionné, le projecteur est compatible ArtNET. Dans le point de menu correspondant, il est possible, entre autres, d’afficher ou de nommer les adresses IP, les masques de sous-réseau et l’univers DMX. L’Auro Bar 100 de Cameo peut ainsi être rapidement intégrée aux configurations les plus diverses et variées. Les possibilités de configuration et de composition sont standard, ce n’est qu’en mode DMX qu’elles se révèlent exhaustives.

Outre les paramètres habituels, il est possible de sélectionner quatre courbes de dimmer différentes. Elles augmentent ou réduisent l’intensité lumineuse de façon linéaire, exponentielle, logarithmique ou sous la forme d’une courbe en S. Une fonction qui permet d’obtenir des scénarios d’ambiance particulièrement harmonieux ou anguleux selon l’effet souhaité. Vous configurez les adresses DMX, les séries de mouvements, la vitesse de stroboscope, les températures de couleur, le mode Pan, le mode Tilt et d’autres paramètres courants en un seul geste pour la plupart.

Fascination par la lumière et l’obscurité
Le « Mov Blackout » offre un bel effet sur scène. Ici, il est possible de choisir entre ON et OFF pour le blackout automatique lors des mouvements de la barre. Cela laisse libre cours à la créativité. Le rendu est vraiment sympa lorsque les spots brillent à une position, disparaissent en douce puis refont surface à un endroit inattendu avec un autre angle d’inclinaison.

Un petit tuyau pour la route : si vous souhaitez consulter le mode d’emploi en plusieurs langues, mieux vaut télécharger la version en ligne. La version papier fournie est certes identique, mais elle est imprimée en caractères si petits qu’il faut des yeux de lynx pour la déchiffrer.

Dans la pratique
Des mouvements lents pour l’accompagnement synchrone de la musique jusqu’aux flashes rapides en mode stroboscope, la barre à LED se prête à tous les scénarios possibles et imaginables. Elle s’avère toujours surprenante, à condition d’avoir été préprogrammée avec le timing correspondant. Par exemple, un stroboscope blanc éclaire en position verticale, puis la lumière se soustrait au regard des spectateurs pour réapparaître immédiatement après à un autre endroit avec une inclinaison et des couleurs différentes. En multipliant cet effet avec plusieurs de ces appareils dans de grands espaces, on obtient une harmonie géométrique digne d’un film. C’est un plaisir de passer du temps avec cet appareil qui n’impose aucune limite à la composition lumineuse.

Les deux moteurs électriques triphasés sont rapides et orientent la barre lumineuse avec précision. Les contrôles de position automatiques y sont pour beaucoup et donnent à l’opérateur la sensation mitigée d’être progressivement sans travail. La correction de position peut être activée ou désactivée, un détail pour les spécialistes. En principe, je la laisse activée.

Travail silencieux grâce au refroidissement par convection
Le silence de l’exécution et la faible émission de bruit sont appréciables. Cela est dû au refroidissement par convection. On n’entend rien en dehors des bruits de mouvement et de rotation inévitables du support et des moteurs. L’Auro Bar 100 de Cameo peut donc être utilisée dans les lieux sensibles d’un point de vue acoustique, au théâtre ou lors d’une présentation de foire par exemple. À ce niveau, l’appareil se démarque radicalement sur le marché. Lorsqu’on conjugue vitesse et mouvement, travailler en silence ne va pas forcément de soi.

Avarie avec préméditation : tout fonctionne
Et maintenant, le crash test : pour juger si le commutateur Ethernet avec pont FDT est vraiment fiable, j’arrache avec force la sécurité d’un des projecteurs connectés en série. Le résultat : le montage en série se maintient, tous les autres appareils continuent de briller allègrement. Après tout, the show must go on !

Par ailleurs, la température de service est affichée dans les informations système. On peut afficher au choix celle des LED ou de l’unité dans son ensemble. Au stade initial, la température des LED Quad se situe entre 30 et 40 °C puis elle monte en flèche de façon continue. Le refroidissement par convection et les ailettes de refroidissement interviennent en temps utile et maintiennent des températures qui ménagent l’appareil.

Bilan (5 / 5)
Le concept de l’Auro Bar 100 de Cameo va à l’essentiel de façon cohérente. Chaque composant a son importance, chaque détail est précis et efficace. Tous les engrenages mentionnés s’imbriquent avec justesse pour constituer un tout épatant. Rien n’est superflu. Au bout du compte, nous sommes face à une barre asservie qui rend des services impressionnants ; l’Auro Bar 100 de Cameo vise clairement une clientèle professionnelle et semi-professionnelle. Le prix pourrait faire grincer des dents les DJ ou éclairagistes amateurs, d’autant plus que la 100 se montre sous son meilleur jour lorsqu’elle est montée en série avec d’autres collègues, mais l’investissement en vaut absolument la peine.

LES PLUS
fort rendement lumineux
compatible ArtNET
fonctions RDM
adaptée à la télé grâce à la fréquence de rafraîchissement de 3 600 Hz
refroidissement par convection
contrôle individuel des pixels
pont FDT automatique en cas de défaillance de l’appareil
correction automatique de la position et des températures de couleur
écran avec batterie de secours
fonctionnement silencieux

LES MOINS
aucun

CARACTÉRISTIQUES
Barre à LED asservie à mouvements Pan et Tilt illimités
2 moteurs triphasés rapides
Résolution 16 bits et fréquence de rafraîchissement de 3 600 Hz
7 LED Quad de 15 W
Couleurs RGBW saturées + différentes teintes pastel et trois nuances de blanc
4 modes de pilotage DMX, fonctions RDM et compatibilité ArtNET
Commutateur Ethernet avec pont FDT (maintient la connexion en série même en cas de défaillance d’un appareil)
Correction automatique de la position et des températures de couleur
Contrôle individuel des pixels
Stroboscope 20 Hz et 4 courbes de dimmer
Angle de dispersion : 4°
Entrée DMX : connecteur XLR mâle 3 broches, entrée Ethernet RJ45 (ArtNET), connecteur XLR mâle 5 broches
Sortie DMX : connecteur XLR femelle 5 broches, connecteur XLR femelle 3 broches, sortie Ethernet RJ45 (ArtNET)
Modes DMX : 9 canaux, 39 canaux, 29 canaux, 19 canaux
Fonctions DMX : Pan/Tilt, correction des températures de couleur, Dimmer Curve, Dimmer, Patterns, RGBW, Color Macro, Strobe, programmes Auto, Pan/Tilt fine
Modes autonomes : Auto Run
Éléments de commande : Value Down, -, Mode, Enter, écran sur batterie, Value Up, +
Éléments d’affichage : écran LCD en couleurs
Alimentation électrique : 100 V CA – 240 V CA/50 – 60 Hz
Puissance absorbée : 140 W
Connecteurs d’alimentation : Neutrik PowerCon
Matériau du boîtier : plastique ABS, métal
Couleur du boîtier : noir
Refroidissement : convection
Intensité lumineuse : 42 000 lx à 1 m
Flux lumineux : 2 300 lm
Dimensions L/H/P : 570 x 260 x 195 mm
Poids : 9,5 kg
Prix de vente conseillé : 1398 euros

Articles Similaires

Articles Récents

Rédiger un commentaire

Les commentaires sont bloqués.